le Madriniacus (Marigny le Cahouët 21150 France)

Bonjour

Le Madriniacus (1), ethno-jardin d’initiative privée, qui occupe un espace naturel
(situé à proximité de la voie celtique Alésia - Bribracte en passant par Braux)
est un viridarium (2) mandubien (3) réalisé dans le cadre d’une approche expérimentale archéologique.

Le but est de valoriser, de façon vivante et concrète le savoir-faire agraire du peuple Mandubien,
par la reproduction de zones cultivées, selon des mises en situation en référence à la culture celtique
et à la botanique du premier millénaire en Auxois.

L’aménagement du Madriniacus a débuté en 2012 par la réalisation d’un verger conservatoire
(cofinancé par la Région Bourgogne), de seize arbres fruitiers, conformément au
« capitulare de villis vel curtis imperialibus » édicté par Charlemagne, entouré d'une haie mellifère.

L'expéimentation archéologique fruitière et potagère est complétée par 
la possibilité d'utiliser les lieux en camping.
Pour toute information cliquez dans le carrousel ci-dessus ou dans la colonne de droite sur
la mention : camping au jardin, 

(1) : dénomination ayant encore conservé une consonance latine jusqu’en 883 de Marigny le Cahouët,
commune de Côte d’Or (
arrondissement de Montbard, canton de Venarey les Laumes)
où est situés la Madriniacus (
Madriniacum en 723).

(2) : terme latin usité par les Romains de l’empire signifiant littéralement « lieu de verdure »,
autrement dit en langage français contemporain : jardin, espace vert.

(3) : nom du peuple celtique qui occupait « l’Alesiensis pagus » au début de notre ère,
aujourd’hui l’Auxois (Cote d’Or), situé entre les Eduens et les Lingons et dont le principal oppidum est Alésia.

Posté par genitor du blog à 18:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 février 2017

Camping au jardin et hébergement

 Camping au jardin

Camping  au jardin  pour campeurs itinérants non motorisés ni accompagnés d’animaux,
c’est à dire randonneurs pédestres ou cyclistes (tolérance faite aux vélos électriques).

A proximité du Chemin de halage du canal de Bourgogne
aménagé en véloroute 
pour randonnées pédestres ou cyclistes (200 mètres) 

En l'absence de clôture fiable les animaux accompagnateurs
(âne, chien (sauf accompagnateur d’aveugle), chat, etc…)
ne peuvent être admis.
Atelier réparation vélos réservés aux campeurs

Capacité d'accueil : 16 personnes équivalent 4 emplacements

 Ouvert de l'arrivée des hirondelles (mi avril) jusqu'à leur départ (début octobre)

Cliquez sur Règlement

Tarifs : participation au frais (voir sur place)
Réservation obligatoire au 06 56 98 96 85

100_3715

vue partielle du camping au jardin

Salle hors sacs ou hébergement si intempérie

La ferme de la cure,  propritaire du Madriniacus, peut mettre à disposition :
- hébergement pour groupe,
- salle à manger ou de réunion,
- salle d'animations culturelles
Cliquer ici

100_3745

Salle hors sacs ou de réunion

100_3690

Hébergement de groupe
(groupe spéléo franco-belge Pentecôte 2016)

 

Posté par genitor du blog à 21:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 juillet 2016

Qu'est ce que l'on peut découvrir au Madriniacus

 Abalo
Abalo (1)

Naturalis area

Le visiteur entame son parcours par un bref passage dans une zone non cultivée (Naturalis area) située à l’ouest du terrain (environ 100 m²) ou les végétaux s’affrontent sans ordre précis. Dans ce monde de pleine nature où le plus fort élimine les plus faibles, on peut penser que de tout temps, les Hommes ont étudié les végétaux pour en définir leurs vertus. Du monde sauvage d’où elles proviennent, les plantes, depuis l’antiquité, sont observées, domestiquées, classées, dénommées ; genèse de l’Hortus conclusus médiéval puis à la botanique encyclopédique et scientifique d’aujourd’hui.

 

100_3725
Naturalis area

Pomarium coemeterium

La visite se poursuit par un pomarium coemeterium (verger-cimetière). Un if (taxus boccata) à l’entrée protège 3 tombes factices, renvoyant à l'interrogation " Qui a commencé du cimetière ou du jardin ?" Les hommes des civilisations les plus antiques inhumaient, y compris les urnes de cendres après incinération, notamment chez les celtes, les morts dans leur jardin, où inversement les vivants cultivaient les terrains où étaient inhumés les morts ?
Le pomarium coemeterium antique prémices au verger monastique souvent planté dans le cimetière
.
Les arbres plongent leurs racines dans le royaume des morts et élèvent leur cime vers le ciel.

 

100_3722
Pomarium coemeteriu

 

Labyrinthe

Après avoir pris connaissance de la vigne,le visiteur découvre le précurseur de l’hortulus (jardin potager médiéval) par une présentation des végétaux sous forme d’un labyrinthe actuellement en cours d’aménagement.
Le labyrinthe est le passage entre initiation et introspection, chemin sinueux, parsemé de figures, moment du choix que le visiteur réalise entre seize carrés(4 m² chacun) garnis de végétaux (permanents et/ou saisonniers), fleurs, légumes, graminées, céréales, plantes aromatiques, etc…).

Ces carrés avec les allées de circulation qui les séparent sont inscrits dans un cercle (symbole de la perfection). Les accès sur le cercle permettant d’entrer dans le labyrinthe se feront par des portes végétalisées sous forme d’arc placées sur le cercle attribuées à une saison par des plantes grimpantes relatives à la saison concernée.

 

100_3729
Jardin en carrés en cours de construction

100_3733

 

100_3822
Carré de sarrazin 2016

100_3836
Carré plantes médicinales 2016

Herbularius

Afin d'être complet dans le concept d’ethno jardin il est nécessaire de présenter les plantes médicinales et tinctoriales. Contrairement à la production structurée de céréales et légumineuses, les peuples celtiques ne pratiquaient pas la culture de plantes médicinales de façon aussi organisée comme on trouve l’herbularius (jardin des simples) au moyen âge. Ils préféraient faire confiance à la « pureté » de la nature en pratiquant la cueillette à l’état sauvage. Quant aux végétaux tinctoriaux, ayant peu d’informations à ce jour dans ce domaine, et s’agissant de plantes utilitaires, on peut penser qu’il devait y avoir alternance entre production organisée et cueillette selon les besoins du moment.

Bassin
Pour que la mise en valeur du lieu soit plus axée sur une harmonie de jardin, un bassin aquatique artificiel a été créé avec un ruisseau présentant un écoulement d’eau depuis une source (en cours de réalisation).

 

100_3842

100_3716

100_3720

 

Hortus deliciarum
En prolongement du bassin à l’est du terrain pour clore la visite et sensibiliser le visiteur à l’évolution d’un jardin durant le premier millénaire un hortus deliciarum (jardin courtois) sera aménagé et correspondra à un espace de repos et détente (pergolas, table, banquettes, etc..).

Olea europaea
Afin de rappeler que l’altérité est un fondement de la culture celtique et par signe d’amitié envers le monde méditerranéen historique, le visiteur terminera son périple auprès d’un olivier Olea europaea adulte planté dans un récipient (nécessité de l’abriter en hiver). Ainsi la découverte de l’ethno jardin se résume par un parcours initiatique entre deux arbres mythiques (du chêne à l’olivier) dont nous retrouvons le symbolisme de leurs feuilles parmi les emblèmes ornementaux de notre actuelle république (casquette des préfets), celles du chêne représentant la force et la robustesse, celles de l’olivier évoquant la sages.

100_3837

 

 


[1] Abalo : Pomme en langue celte (qui a donné Avallon), malus en latin. Le pommier est un arbre sacré chez les Gaulois.

Posté par genitor du blog à 19:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2016

Clos Probus

 le Clos Probus
Vitis vinifera

«... et in Italia Gallicam placere...» - « En Italie, on aime la vigne des Gaules...»
Pline l'Ancien, Histoire naturelle, XIV, 39


 Le clos Probus est la seule vigne à ce jour en Europe qui se rapproche le plus du vignoble qu l’on pouvait trouver en Gaule au moment de la conquête romaine du point de vue archéologie expérimentale (ceps non greffés, multi cépages, cépages proches de l’allobrogica, etc..)

Le « clos Probus ». Du nom du premier empereur romain d’origine celtique (276 à 282) qui, par une extension géographique abrogea l’édit de Domitien (pris 200 ans plutôt) limitant la plantation de la vigne en Gaule, permit « Gallis omnibus » (à tous les Gaulois), d’avoir des vignes et de produire du vin, ravivant ainsi le savoir-faire gaulois ampélographique.

La vigne mandubienne au Madriniacus est illustrée par une présentation de cinq cépages de cuve anciens et locaux (proches du cépage allobrogique) non greffés (donc à l'état primitif de la vigne) disposés sur cinq rangs de dix ceps montrant que la vigne primitive n’était pas mono cépage comme actuellement.


Le projet à terme, lorsque les plants seront suffisamment développés, est de présenter les différentes conduites de la vigne antique :
- Conduite rampante dont les sarments étaient d’abord enterrés et ensuite redressés le long de roseaux ; ces sarments étaient appelés, d’un mot celtique candosocci (souches ?), soit la technique du marcottage.
- Conduite sur tuteur artificiel type palissade ou échalas.
- Conduite sur tuteurs naturels sous forme de complantation avec une autre plante tutrice.
Les Romains avaient donné le nom de "rumpotin" à tous les types d'essence soutenant les vignes arbustives. Pline explique :
« Dans la Transpadane on voit un peuplier qui porte le nom de rumpotin, et près duquel se trouvent communément de grosses souches de vignes. L'arbre, très épais, forme, avec ses branches, des espèces de planchers circulaires, le long desquels la vigne s'élève, en serpentant, du tronc dans l'espèce de main ou de ramification que le bois lui présente, pour venir ensuite embrasser de ses sarments chacun des doigts des rameaux légèrement relevés. »

 

Vigne 2014
Vigne 2014

 

 Vigne 2015
Vigne 2015

Posté par genitor du blog à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2016

Pratique

wmts

Comment venir :
Cliquez_ici

Accès :
Au virage du pont du canal côté bourg de Marigny le Cahouët
Stationnement à proximité de l’entrée réservé aux personnes à mobilité réduites et aux cyclistes
Possibiité de stationner sur la place du village (200mètres)
Accès aussi par ferme de la cure (7 rue de la cure)


 Quand venir ?
Ouverture tous les jours de la semaine (sauf vendredi) de 15 h. à 17 h.
durant les mois de juin, juillet, aout et septembre
après avoir pris impérativement rendez-vous préalablement 2 jours avant la date de visite souhaitée au
06 86 98 96 85 (éventuellement : madriniacus@orange.fr ).


Conditions de visite :
- Les visites sont obligatoirement commentées, il n’y a pas possibilité de visite libre.
- Les chiens (toute grosseur) doivent impérativement être tenus en laisse par un maître adulte.


 Tarif : gratuit


Méthodes culturales des végétaux
Ne s’agissant pas de production mais de présentation de variétés selon une approche archéologique expérimentale, les méthodes culturales ne font référence à aucune discipline particulière.
Elles sont raisonnées et au plus proche d’une conception naturelle faisant appel à l’empirisme, au bon sens et surtout à une bonne dose d’Histoire dans la mesure des références disponibles en lieu et place des traitements artificiels actuels.


Visites et animations
La pédagogie délivrée n’est pas axée sur la botanique pure, mais sur une sensibilisation à la relation de l’Homme aux plantes au cours de l’Histoire avec comme exemple le premier millénaire de notre ère.
Les visites sont guidées car des commentaires sont nécessaires pour une bonne compréhension des lieux. De plus s’agissant de végétaux, le visiteur ne rencontrera la plante qu’à un stade de son développement, non obligatoirement à celui correspondant le plus à celui utilisé par les Celtes. Afin de pallier cette carence, notamment pour les plantes les plus significatives, il n’est pas exclu, à l'avenir, de faire appel aux technologies modernes afin de compléter par une présentation artificielle des phases de l’évolution de la plante sous forme de photos sur tablette informatique en complément des explications.


Expositions artisanales
Des objets liés au thème (outils agraires, ustensiles culinaires, chaudrons, etc.) pourront être disposés parmi les plantations. Des artistes ou artisans proposant des œuvres (sculptures, tableaux, poteries, poésies, etc) en lien où proche du thème central (plantes, histoire, civilisation) pourront exposer temporairement parmi les plantations.

Posté par genitor du blog à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 avril 2016

Ode à l'apiculteur

Rucher

A l’extrême est, en limite de terrain trois ruches sont installées avec une zone d’approche matérialisée par des protections végétales et artificielles hautes de deux mètres. La vie des abeilles et la récolte du miel étaient déjà connues et étudiées durant l’antiquité, cependant la domestication des abeilles sous la forme actuelle ne date que de la seconde partie du XIXème siècle, par conséquent un rucher peut difficilement faire référence à l’époque celtique. Sa présence est un complément logique à une présentation de végétaux, ne manquant pas aussi de faire écho à la naturalis area du début la visite.

 

100_3719

 

Ode à l’apiculteur

S’il y a des êtres vivants à sauvegarder ce sont bien les apiculteurs et apicultrices, par voie de conséquence les abeilles seront sauvegardées, là n’est pas le souci.

L’apiculteur est un organisme vivant descendant direct de l’homo sapien sapien en grand danger de disparition si on ne le protège pas.

Après avoir côtoyer, collaborer, coopérer, commercialiser durant 40 ans de ma vie professionnelle, avec les mondes de l’administration, de l’agriculture, de l’industrie, du bâtiment, du social, du sanitaire, du sport, de l’éducation, sans oublier l’associatif ; maintenant, mis au rencart de la production économique aux dépends de l’assistanat de ceux qui cotissent encore au régime dit de la retraite, je découvre le monde des apiculteurs.

Les apiculteurs, ainsi que leurs consœurs, sont des êtres dont la bonté et la générosité débordent comme le miel d’un cadre de hausse de ruche en pleine saison. Ce sont des êtres pas compliqués qui ne se posent pas de questions existentielles, dont la douceur verbale et physique n’a d’équivalent que la propolis fabriquée par leurs admiratrices, les abeilles.

Les apiculteurs constitue la seule catégorie d’individus qui ne soit pas tombée dans l’hypocrisie de la politique, ça en devient pratiquement une véritable secte apolitique. Je voudrais bien connaître, en France le nombre d’apiculteurs élus d’une collectivité territoriale comptant plus de 100 habitants. A mon avis ce cumul de fonctions, apicluteur et élu, ne doit pas être important, voire quasi nul. Pour l'apiculteur, le pouvoir ne peut prendre sa forme incarnée qu'à travers le frelon asiatique.  

Les apiculteurs sont les seuls représentants de l'humanité, que j’ai rencontrés en 60 ans d’existence, à posséder une véritable conception théologique du monde. Et comme par hasard les hommes ayant fait avancer l’apiculture, en donnant notamment leur nom à des réalisations apicoles, sont tous ecclésiastiques : curés, frères, pasteurs, et autres prêcheurs du monothéisme, comme par hasard !

Les apiculteurs comme les api milliféras seraient-ils les seuls êtres vivants à pouvoir mettre sur le même plan la gelée royale et le monothéisme ?

Quand je pense aux élus de notre République ; sénateurs, députés, dont la somnolence institutionnelle pour certains où le désintérêt de la chose publique au profit du fric butiné aux contribuables otages de la démocratie comme un essaim l’est de sa reine, gavés par une nourriture abondante et constante comprenant au moins 20%, voire plus, de produits alimentaires issus de la pollinisation, et qui ne se rendent même pas compte en approuvant les mises sur marché de produits nocifs aux abeilles que c’est à leur propre bedaine qu’ils portent nuissance ; il faut vraiment en tenir une couche de cire operculée. (propos écrits avants les élections législatives de 2017 NDLR).

L’inculture politique se repère par l’autoflagellation d’élus au profit de groupes économico financiers qu’ils ne connaissent même pas, mais pour lesquels ils pensent que le soutien est indispensable. Comme les faux bourdons avides de fécondation lors du vol nuptial de la jeune reine, ignorant complètement qu’en voulant donner la force à une puissance supérieure à eux, c’est leur propre existence qu’ils mettent en péril.

La crise contemporaine n’est ni économique, ni sociale, ni financière ; le vrai problème c’est le nectar que certains se mettent réellement ou politiquement (ce qui est infiniment plus dangereux) directement dans la panse et la pensée sans passer par la ruche.

Tant qu’il y aura des apiculteurs l’humanité survivra moralement et alimentairement, leur disparition conduira inéluctablement à l'extinction de l'humanité dans les quatre ans qui suivent, La survie de tous, passe par la protection de cette espèce en voie de disparition que sont les apiculteurs et apicultrices de tous pays..

Posté par genitor du blog à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2016

Le vallus

Vallus mandubien

 Le vallus du Madiniacus

 Au Madriniacus, il est possible d’observer la reconstitution expérimentale d’un vallus semblable à celui que l’on pouvait apercevoir parmi les champs de céréales sur les plateaux de l’Alesiensis pagus (Auxois) au début de notre ère, voire même antérieurement.

 Il s’agit de la première moissonneuse de céréales à traction animale, capable d’avoir un meilleur rendement économique qu’une récolte manuelle, mise au point par les peuples gaulois bien avant les autres civilisations, notamment l’empire romain.

Pour plus d'informations historiques et techniques sur l'archéologie expérimentale que l'on peut observer au Madriniacus, rendez-vous sur le blog Traces de mémoire en cliquant ici

 

 

Posté par genitor du blog à 23:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 mars 2016

Partenariat

 De gestion privée, le projet, dans sa phase actuelle, ne présente pas la nécessité d’un support collectif formalisé immédiat.
L’investissement des aménagements est porté par le concepteur. Cependant pour son développement envisagé, notamment vers une mise en œuvre concrète de certains aménagements, un partenariat collaboratif au fonctionnement s’avérera nécessaire.
Dès aujourd’hui, la coopération est vivement appréciée par le concepteur tant au niveau historique, archéologique que plantations anciennes ou rares (mais impérativement locales).

  Acteurs historiques, chercheurs, historiens, enseignants,
grainetiers, céréaliers, jardiniers, libraires, artisans d’art, professionnels du tourisme,
particuliers descendants de gaulois (ou non) :
Venez sans hésiter conseiller ou apporter votre contribution au concepteur du projet

Dons acceptés (surtout pas d’argent) :

- Graines, plants de végétaux correspondants au projet ou adresses pour se les procurer.
- Surplus inutilisés de fumure (bovins, chevaux), terreaux, etc (surtout pas d’engrais)
- Conseils techniques culturaux et culturels de l’époque celtique.
- Outillages ou ustensiles de décoration (pas forcément à donner mais à prêter pour exposer)
- Références théoriques (littérature, lieux similaires, etc…)
- Idées, questions

Venez quand vous voulez sur place, mais toujours prévenir de votre venue au préalable,
les maîtres des lieux sont de temps en temps absents : 06 86 98 96 85 oumadriniacus@orange.fr 

Premiers visiteurs gaulois :

Premiers gaulois novembre 2015 (Association les Mandubii) photo Bien Public

Association Les Mandubii - novembre 2015
(photo Le bien Public)

Conseiller technique :

Théophraste

Théophraste

 

Posté par genitor du blog à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2016

Aménagements à réaliser

Habitation gauloise
Un projet de réalisation d'un bâtiment gaulois selon une approche archéologique expérimentale est en cours d'étude.

Cadran solaire au sol
Projet de réalisation d’un cadran solaire au sol de type analemmatique (bordé de végétaux) où l’heure solaire est indiquée à l'utilisateur par la projection de son ombre sur des végétaux ou un ensemble mégalithique (présentation en cours d’étude).

e.

Posté par genitor du blog à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 mars 2016

Habitation gauloise

Une habitation gauloise (inférieure à 20 m²) ainsi que des annexes (abris divers, grenier, enclos, four, etc) abritant des outils agraires ou artisanaux celtiques pourraient être construits sous forme de chantiers protohistoriques ouverts au public certains jours déterminés à l’avance.

 

Posté par genitor du blog à 22:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]