Abalo
Abalo (1)

Naturalis area

Le visiteur entame son parcours par un bref passage dans une zone non cultivée (Naturalis area) située à l’ouest du terrain (environ 100 m²) ou les végétaux s’affrontent sans ordre précis. Dans ce monde de pleine nature où le plus fort élimine les plus faibles, on peut penser que de tout temps, les Hommes ont étudié les végétaux pour en définir leurs vertus. Du monde sauvage d’où elles proviennent, les plantes, depuis l’antiquité, sont observées, domestiquées, classées, dénommées ; genèse de l’Hortus conclusus médiéval puis à la botanique encyclopédique et scientifique d’aujourd’hui.

 

100_3725
Naturalis area

Pomarium coemeterium

La visite se poursuit par un pomarium coemeterium (verger-cimetière). Un if (taxus boccata) à l’entrée protège 3 tombes factices, renvoyant à l'interrogation " Qui a commencé du cimetière ou du jardin ?" Les hommes des civilisations les plus antiques inhumaient, y compris les urnes de cendres après incinération, notamment chez les celtes, les morts dans leur jardin, où inversement les vivants cultivaient les terrains où étaient inhumés les morts ?
Le pomarium coemeterium antique prémices au verger monastique souvent planté dans le cimetière
.
Les arbres plongent leurs racines dans le royaume des morts et élèvent leur cime vers le ciel.

 

100_3722
Pomarium coemeteriu

 

Labyrinthe

Après avoir pris connaissance de la vigne,le visiteur découvre le précurseur de l’hortulus (jardin potager médiéval) par une présentation des végétaux sous forme d’un labyrinthe actuellement en cours d’aménagement.
Le labyrinthe est le passage entre initiation et introspection, chemin sinueux, parsemé de figures, moment du choix que le visiteur réalise entre seize carrés(4 m² chacun) garnis de végétaux (permanents et/ou saisonniers), fleurs, légumes, graminées, céréales, plantes aromatiques, etc…).

Ces carrés avec les allées de circulation qui les séparent sont inscrits dans un cercle (symbole de la perfection). Les accès sur le cercle permettant d’entrer dans le labyrinthe se feront par des portes végétalisées sous forme d’arc placées sur le cercle attribuées à une saison par des plantes grimpantes relatives à la saison concernée.

 

100_3729
Jardin en carrés en cours de construction

100_3733

 

100_3822
Carré de sarrazin 2016

100_3836
Carré plantes médicinales 2016

Herbularius

Afin d'être complet dans le concept d’ethno jardin il est nécessaire de présenter les plantes médicinales et tinctoriales. Contrairement à la production structurée de céréales et légumineuses, les peuples celtiques ne pratiquaient pas la culture de plantes médicinales de façon aussi organisée comme on trouve l’herbularius (jardin des simples) au moyen âge. Ils préféraient faire confiance à la « pureté » de la nature en pratiquant la cueillette à l’état sauvage. Quant aux végétaux tinctoriaux, ayant peu d’informations à ce jour dans ce domaine, et s’agissant de plantes utilitaires, on peut penser qu’il devait y avoir alternance entre production organisée et cueillette selon les besoins du moment.

Bassin
Pour que la mise en valeur du lieu soit plus axée sur une harmonie de jardin, un bassin aquatique artificiel a été créé avec un ruisseau présentant un écoulement d’eau depuis une source (en cours de réalisation).

 

100_3842

100_3716

100_3720

 

Hortus deliciarum
En prolongement du bassin à l’est du terrain pour clore la visite et sensibiliser le visiteur à l’évolution d’un jardin durant le premier millénaire un hortus deliciarum (jardin courtois) sera aménagé et correspondra à un espace de repos et détente (pergolas, table, banquettes, etc..).

Olea europaea
Afin de rappeler que l’altérité est un fondement de la culture celtique et par signe d’amitié envers le monde méditerranéen historique, le visiteur terminera son périple auprès d’un olivier Olea europaea adulte planté dans un récipient (nécessité de l’abriter en hiver). Ainsi la découverte de l’ethno jardin se résume par un parcours initiatique entre deux arbres mythiques (du chêne à l’olivier) dont nous retrouvons le symbolisme de leurs feuilles parmi les emblèmes ornementaux de notre actuelle république (casquette des préfets), celles du chêne représentant la force et la robustesse, celles de l’olivier évoquant la sages.

100_3837

 

 


[1] Abalo : Pomme en langue celte (qui a donné Avallon), malus en latin. Le pommier est un arbre sacré chez les Gaulois.